Si aujourd’hui la mobilité partagée est devenue populaire, elle ne date cependant pas d’hier, et est de plus en plus organisée.

Elle est presque toujours encouragée et encadrée par les villes qui y voient les multiples intérêts pour leurs habitants.

Retournons aux origines de la mobilité partagée et découvrons au passage les raisons qui poussent de plus en plus de gens à choisir la mobilité partagée notamment dans les centres urbains.

Auto-stop, le premier moyen de transport partagé de l’histoire :

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’auto-stop a été inventé avant même que les voitures ne voient le jour. À l’origine on pratiquait “l’animal-stop”, on était pris par une personne en carrosse, à cheval, et même sur un âne parfois.

Avec l’arrivée des véhicules à moteur, l’auto-stop a gagné en vitesse. Par effet de mode cette pratique connaît un essor dans les années 60/70.
Mais devant l’augmentation du nombre de véhicules personnels, l’auto-stop s’essouffle laissant place à d’autres formes de mobilité partagée.

Les raisons qui font que la mobilité partagée devient de plus en plus organisée :

1 – Le respect de l’environnement :

C’est le critère le plus évoqué lorsque l’on évoque la mobilité partagée, celui de l’impact positif de ces pratiques sur l’environnement, notamment en matière d’économie d’énergie. En effet, la logique est simple : partager le même moyen de locomotion à plusieurs, c’est l’assurance de voir le nombre de véhicules sur les routes diminuer avec tous les effets bénéfiques que cela engendre : réduction des bouchons, réduction des émissions nocives, réduction de la consommation de matières premières entraînant une diminution de la pollution environnementale et sonore.

 

2 – La maitrise du budget mobilité :

L’aspect économique est primordial dans l’essor de la mobilité partagée, tant elle bichonne le pouvoir d’achat de ceux qui y ont recours. Le fait de partager un véhicule permet de répartir les dépenses de fonctionnement entre les utilisateurs et par conséquent de réduire les frais et d’obtenir des tarifs ultra-compétitifs vis-à-vis des modes de transport traditionnels, taxi, train et avion.

Ryde, un acteur majeur de la mobilité urbaine partagée :

Les solutions pour partager sa mobilité ne manquent pas, répondant à de nombreux besoins des usagers. Le covoiturage a en effet permis d’accéder à des parcours jusqu’alors non ou mal proposés par les autres modes de transport. Aussi, les voitures avec chauffeurs particuliers offrent aux usagers l’accès à des zones boycottées par les taxis et l’autopartage permet, dans les grandes villes, de rentrer lorsque tous les services sont fermés.

Avec son offre de scooters en libre-service, Ryde se positionne clairement dans le secteur de la mobilité urbaine. Une alternative économique aux autres offres de mobilité partagée répondant aussi bien aux problématiques des usagers qu’à celles des centres urbains.